Une monture parfaite pas (trop) chère

Contents
  1. Addendum
matos-rc-fredo-20130004-s

Configuration équipée d’optique active. un Ritchey Chrétien Skyvision., une Optique Active StarlightXpress et une CCD Sigma avec RaF intégrée




L’autoguidage est une science pas tout à fait exacte. Petit rappel technique : l’autoguidage est une manipulation qui consiste à corriger en quasi temps réel la position d’une étoile sur un capteur dédié en envoyant des impulsions correctrices à la monture.

L’autoguidage est rendu nécessaire, car nos montures sont relativement imparfaites, de nombreux jeux et défaut d’excentricité viennent saboter le suivi des étoiles. Il existe des montures quasi parfaites qui s’affranchissent des très nombreux soucis cités plus haut grâce à la technologie directdrive notamment, mais soyons honnêtes, le tarif de ces montures est absolument considérable et peut difficilement être transposé aux petites montures.

Moi même, utilisateur d’une petite monture sympa, la CG5 celestron, pas chère, mais atteinte des défauts déjà mentionnés, il était illusoire de tenter des poses de plus de 15minute avec un 5D (gros pixel donc relativement tolérant) sur une lunette FSQ106 takahashi (530mm de focale)

le taux d’échec est de quasi 100% (presque aucune pose longue n’était réussie

à 10mn le taux d’échec diminue énormément pour plafonner à 20 % selon les conditions et la déclinaison de l’objet visé

Le temps de réaction de la monture et de facteur de turbulence réduit considérablement l’efficacité de l’autoguidage, quand il ne l’aggrave pas carrément.

Par ailleurs j’utilise une bonne monture d’excellence, mais si bonne soit-elle, avec les focales qu’elle doit supporter (2000mm) on atteint un peu ses limites

Je cherchais donc à compenser les petites erreurs de guidage de manière plus rapide et plus efficace que par le système de guidage classique.

La solution « détournée » est l’optique active souvent mentionnée sous ses initiales : l’O.A.

l’O.A. à la base sert surtout à corriger les méfaits de la turbulence atmosphérique.

Il s’agit d’un système relativement simple : un miroir ou lame optique est monté sur des micromoteurspiezo-electrique. Ces moteurs actualisent en temps réel la position de la lame en fonctions des indications données par la caméra de guidage.

la lame change d’orientation et dévie le parcours lumineux

voici a quoi cela ressemble :

 

Train optique typique d'une OA  : Porte Oculaire, Op^tique active, Diviseur optique, éventuelle Roue a filtre et CCD

Train optique typique d’une OA : Porte Oculaire, Op^tique active, Diviseur optique, éventuelle Roue à filtre et CCD

vue generale

vue générale

Mais dans mon cas précis, il améliore de la même façon les performances de la monture en corrigeant les défauts de cette dernière, en temps réel !

Ce système vient s’intercaler entre la lunette et le capteur imageur

Grâce à ce système j’ai pu atteindre des poses d’une demi-heure avec la FSQ106 + CG5 + CCD sigma 8300 (pixel de 5µm) sans aucun déchet !

Cela suppose une mise en station au cordeau, bien sûr, car sur les durées évoquées, le moindre défaut ce voit immédiatement, mais quel bonheur d’avoir des étoiles rondes avec des poses d’une demi-heure 🙂

voici une brute d’une demi-heure sur la galaxie d’Andromède

En médaillon, les étoiles ont 100% (aucune ne retouche sur cette image 100% brute)

 

Pose brute fsq 106 – Monture Celestron CG5 goto bas de gamme, pose unique de 1/2heure

image finale issue de la registation de 7 images brutes. zéro dechet cette image a été realisé au foyé d'un FSQ avec une monture bas de gamme Celestron Cg5 goto

image finale issue de la registration de 7 images brutes. zéro dechet
cette image a été réalisée au foyer d’une FSQ avec une monture bas de gamme Celestron Cg5 goto

Question coûts…

Une optique active complète en ordre de marche varie selon les fournisseurs entre 800 et 2000€

le système à 800 € est propriétaire SBIG, il ne fonctionne que dans un environnement « SBIG »

Orion fabrique un système optique active, il vient « brutalement » de baisser au niveau tarif puisque qu’il passe sous la barre des 1000$ . mais c’est de l’Orion, en outre il ne supporte pas les grands capteurs du genre « fullframe »

Pour finir, il y a le système Starlight Express, celui que j’ai. Le plus cher : 1500€ ; à l’époque de l’achat, son prix était équivalent à l’Orion.

Il convient d’y ajouter une caméra de guidage starlight qu’on se procure a 500€. personnellement ayant l’intention de guider avec de focales viriles, j’ai cherché la sensibilité et me suis donc tourné vers la lodstar, mais pour des focales plus courte, la superstar peut parfaitement faire l’affaire.

Nous avons donc une monture a 500€ (en promo) et une optique active efficace à 2000€, soit un coût total de 2500€

Vous aurez beau chercher, aucune solution de monture ne vous offre des poses d’une demi-heure sans aucun déchet à ce tarif

 

 

 

 


 

tl-sceance-astro-17aout-338-s

Addendum

Après quelque mois d’utilisation pour mon R.C le retour que je peux en faire est le suivant : ça ne fait pas tout. il est évident que plus l’étoile guide est brillante, plus le système de rattrapage est rapide et plus le résultat est visible; idéalement il faudrait pouvoir guider à  plus de 10hz, en pratique on est rarement en dessous d’1/3 de hz. ça corrige un autoguidage turbulent avec de longues focales, mais sans plus

Dans tous les cas, c’est un système itératif : il faut faire de petites poses et changer les variables de rattrapage (notamment l’agressivité ) pour affiner le résultat.

l’agressivité va de 1 a 30. j’ai obtenu mon meilleur résultat avec 8, mais aussi le pire ! il n’y a donc pas de règle.

 

matos-rc-fredo-20130004-s

 

Posted in Non classé.

Laisser un commentaire