Carte de pollution lumineuse europeenne 2011

 attention ces cartes ne sont plus à jour
cliquez sur ce lien pour avoir la version 2016

Carte Google Earth

Les lien vers les fichiers Google Earth (nécessite l’installation de Google Earth)

Europe-classique.kmz : carte complète (74 mo)

classique

Légende carte visuelle

Blanc : 0–50 étoiles visibles (hors planètes) selon les conditions. Pollution lumineuse très puissante et omniprésente. Typique des très grands centres urbains et grandes métropoles régionales et nationales.

Magenta : 50–100 étoiles visibles, les principales constellations commencent à être reconnaissables. Echelle visuelle AVEX.

Rouge : 100 -200 étoiles : les constellations et quelques étoiles supplémentaires apparaissent. Au télescope, certains Messier se laissent apercevoir.

Orange : 200–250 étoiles visibles, dans de bonnes conditions, la pollution est omniprésente, mais quelques coins de ciel plus noir apparaissent ; typiquement moyenne banlieue.

Jaune : 250–500 étoiles : pollution lumineuse encore forte. La Voie Lactée peut apparaître dans de très bonnes conditions. Certains Messier parmi les plus brillants peuvent être perçus à l’oeil nu.

Vert : 500–1000 étoiles : grande banlieue tranquille, faubourgs des métropoles, Voie Lactée souvent perceptible, mais très sensible encore aux conditions atmosphériques, typiquement les halos de pollution lumineuse n’occupent qu’une partie du ciel et montent à 40 -50° de hauteur.

Cyan : 1000–1800 étoiles : la Voie Lactée est visible la plupart du temps (en fonction des conditions climatiques) mais sans éclat, elle se distingue sans plus.

Bleu : 1800–3000 : bon ciel, la Voie Lactée se détache assez nettement, on commence à avoir la sensations d’un bon ciel, néanmoins, des sources éparses de pollution lumineuse sabotent encore le ciel ici et là en seconde réflexion, le ciel à la verticale de l’observateur est généralement bon à très bon.

Bleu nuit : 3000–5000 : bon ciel : Voie Lactée présente et assez puissante, les halos lumineux sont très lointains et dispersés, ils n’affectent pas notoirement la qualité du ciel.

Noir : + 5000 étoiles visibles, plus de problème de pollution lumineuse décelable à la verticale sur la qualité du ciel. La pollution lumineuse ne se propage pas à plus de 8° au dessus de l’horizon.

 

___________
astrophoto.kml <= Astrophoto

astrophoto

 

Légende carte astrophoto

Blanc : la photo du ciel profond est difficile, voire impossible. De puissants filtres sont requis et seulement sur des objets spécialisés du ciel profond (nébuleuses brillantes, avec un fort contraste). Filtres type Astrodon 3 nm.
Magenta : l’astrophoto en bande étroite est possible pour la majorité des objets du ciel profond de type h-alpha. Sans filtre, seules les poses courtes sont possibles, et donc avec un faible rapport signal/bruit/fond de ciel. Filtre type Astrodon 5nm à 12nm.
Rouge : la photo du ciel profond est possible, toujours largement meilleure avec filtre que sans filtre. L’emploi de filtres très sélectifs n’est plus obligatoire, les filtres à bande moyenne (UHC) sont en revanche encore largement recommandés. Les objets du continuum (galaxie, amas) sont accessibles, mais là encore, le fond de ciel monte assez vite.
Orange : Selon les conditions météo, l’emploi de filtres à bande large (type CLS) peut suffire la majorité du temps. L’astrophoto sans filtre est possible si les poses ne sont pas trop longues.
Jaune : les filtres ne sont plus obligatoires sur les nébuleuses, le rapport signal/bruit/fond de ciel commence à sensiblement s’améliorer.
Vert : les filtres ne sont plus du tout obligatoires, en toutes circonstances. Le fond de ciel apparaît sur certaines poses accentuées ou sur des secteurs précis de la sphère.
Cyan : début des poses très longues sans montée excessive du fond de ciel. Attention les objets bas seront encore problématiques car entachés ici et là de dômes de pollution lumineuse.
Bleu : plus de problème réel de pollution lumineuse, les SQM donnent de très bons chiffres ; les poses longues donneront de très bon résultats sauf près de l’horizon.
Bleu nuitNoir : plus aucun souci de pollution lumineuse (n’existe pas en France).

_______________

sodium.kml <= Sodium

europe-soidume-ge

 

Cartes rapides

3 versions : Classique (si vous ne savez laquelle choisir, c’est celle-ci qu’il vous faut), Astrophoto et Sodium

Les liens vers les prévisualisations rapides :
classique

classique_vignette
astrophoto

astrophoto_vignette
sodium

sodium

 




Introduction

Après quels mois de réflexion préparatoire et des semaines de réalisations, Avex est extrêmement fière de vous présenter les nouvelles cartes de pollution lumineuse, à l’échelle européenne.

Le besoin d’une carte unifiée à l’échelle Européenne se faisait de plus en plus sentir – d’abord cela permet d’englober des pays qui n’ont jusqu’alors jamais été faits : Italie, Autriche, Pologne, Tchéquie, Slovénie, Hongrie, pays de l’Ex-Yougoslavie, Albanie, Lituanie, Danemark, Estonie, Irlande et des couverture partielle de la Norvège, Suède, Finlande, Roumanie, Bulgarie, et exclusion totale de la Grèce du fait d’une regrettable absence de données pour ce pays – ensuite pour permettre les comparaisons à l’échelle européenne.

Couverture approximative de la carte de pollution lumineuse

Couverture approximative de la carte de pollution lumineuse

 

Ce qui change par rapport aux cartes nationales

1. Pour la première fois, les cartes Avex sont géo-référencées, c’est a dire parfaitement exacte spatialement, importable et exportable depuis n’importe quel logiciel SIG,

2. les échelles des pays sont unifiées sur la même base, toutefois des facteurs multiplificatif ou diviseur ont été appliqués sur certains pays pour mieux rendre compte des spécificités locales,

3. la pondération altimétrique a été un peu amoindrie, toujours pour mieux rendre compte des observations in situ,

4. les cartes, extrêmement volumineuse dans leur version initiale, ne sont disponibles que depuis google earth : je ne distribue plus les PDF ou les TIF qu’au cas par cas sur demande (plus d’un Go par carte),

5. les routes interurbaines ne sont pratiquement plus prises en compte, sauf certaines grandes et larges autoroutes.

Ce qui ne change pas

L’échelle des couleurs est la même, les indications restent valides.

La carte n’est valable que pour un cône zénithal de 50° (c’est à dire par rapport à la verticale d’un lieu donné), et ne rend pas compte des effets de la pollution lumineuse à l’horizon. Pour considérer les valeurs indiquées sur la carte, il est entendu que l’observateur ne doit pas se trouver directement exposé lui-même à une source de lumière directe, et qu’il se trouve depuis vingt minutes -au moins- à l’abri de toute source de lumière directe.

L’exactitude des données n’est pas garantie : les valeurs sont indicatives et obtenues par le seul calcul, et non basées sur la réalité. Des phénomènes très localisés, comme l’éclairage de monuments ou d’édifices publics, ou au contraire l’extinction des luminaires passés une certaine heure, peuvent fausser localement les données. Ces cartes rendent compte de la pollution lumineuse pour 23 h, l’hiver, avec un taux moyen d’humidité de 85°.

Les zones aquatiques ne sont pas à prendre en considération : la propagation des halos lumineux a été volontairement fortement atténuée au-dessus des mers, et ce, dans un souci de clarté. Ces cartes rendent compte des zones urbaines, ZA, ZI, zones pavillonnaires, ports, aéroports, certains aérodromes, grosses autoroutes et certaines superstructures (grosses centrales nucléaires notamment).

L’altitude joue également un rôle majeur sur la propagation de la pollution lumineuse : plus l’observateur est situé en hauteur, moins la diffusion de la lumière est importante. Ainsi, une ville située en contre bas d’un point d’observation établi 1000m plus haut affecte beaucoup moins la qualité du ciel que si l’observateur est au même niveau que la source de pollution. Les effets de l’altitude sont semi-logarithmiques : à ce titre, les mille premiers mètres sont un facteur déterminant sur la qualité de l’air.

Pour info

Ces cartes sont gratuite, et le resteront pour un usage privatif ou associatif. Elles sont très consommatrice de temps et de ressource matérielle, ces recherches se font sur mes propres moyens, sans aide extérieure.

Si vous souhaitez m’aider, même symboliquement, dans mon travail, vous pouvez éventuellement faire un don par Paypal, il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous, de choisir le montant et de valider :)




 

Ces cartes ne sont aucunement libres de droits, toute publication est assujettie à une demande expresse à Frédéric Tapissier +(33) (0)6 84 73 81 53 ou par courriel ftapissier @ gmail.com (enlever les espaces).

Les fichiers originaux font pratiquement 30.000 pixels ² et ont une résolution de 100 m par pixel, et sont disponibles en format geotif (géo-référencés).

9 couches sont disponibles :

Couche de Pollution lumineuse seule : classique, astrophoto et sodium

Couche de PL + relief : classique, astrophoto et sodium

PL + relief + toponymie des ville de plus de 5000 habitants : classique, astrophoto et sodium

Précautions d’interprétation

La carte n’est valable que pour un cône zénithal de 50 ° (c’est à dire par rapport à la verticale d’un lieu donné), et ne rend pas compte des effets de la pollution lumineuse à l’horizon. Pour considérer les valeurs indiquées sur la carte, il est entendu que l’observateur ne doit pas se trouver directement exposé lui-même à une source de lumière directe, et qu’ il se trouve depuis vingt minutes -au moins- à l’abri de toute source de lumière directe.

L’exactitude des données n’est pas garantie : les valeurs sont indicatives et obtenues par le seul calcul, et non basées sur la réalité. Des phénomènes très localisés, comme l’éclairage de monuments ou d’édifices publics, ou au contraire l’extinction des luminaires passé une certaine heure, peuvent fausser localement les données. Cette carte rend compte de la pollution lumineuse pour 23 h, l’hiver, avec un taux moyen de 85° d’humidité.

Les zones aquatiques ne sont pas à prendre en considération : la propagation des halos lumineux a été volontairement très fortement atténué au dessus des mers, et ce dans un souci de clarté. Ces cartes rendent compte des zones urbaines, ZA, ZI, zones pavillonnaires, ports, aéroports, certains aérodromes, routes principales et certaines superstructures (grosses centrales nucléaire notamment).

L’altitude joue également un rôle majeur sur la propagation de la pollution lumineuse : plus l’observateur est situé en hauteur, moins la propagation de la diffusion est importante. Ainsi, une ville située en contre bas d’ un point d’ observation établi 1000m plus hauts affectera beaucoup moins la qualité de l’air pour l’observateur que si ce dernier était en plaine (au même niveau que la source polluante). Les effets de l’altitude sont semi-logarithmiques : à ce titre, les milles premiers mètres sont un facteur déterminant sur la qualité de l’air.

Conditions d’utilisations des cartes de Pollution lumineuse

1 Ces cartes sont et demeurent la propriété exclusive de Frédéric Tapissier ou de ses ayant droits, et d’AVEX.

2 L’auteur n’autorise pas la diffusion de ces cartes à des tiers sans accord préalable de sa part (elles sont protégé par un © Copyright).

3 Les droits ne sont en aucun cas cessibles par l’utilisateur à qui que ce soit, ni pour quelque raison que ce soit.

4 Toute demande d’impression ou de diffusion doit impérativement être soumise à l’approbation préalable de Frédéric Tapissier // AVEX.

5 Aucune modification des données, notamment sur les couleurs, l’échantillonnage, la taille d’exploitation de la carte ne peut être opérée sans l’accord préalable de Frédéric Tapissier.

6 Ces cartes sont protégées par des marquages électroniques de traçabilité, et sont protégées contre la modification et l’exportation des données qu’elles contiennent.

7 L’auteur ne saurait être tenu responsable de l’utilisation de ces données de quelque manière que ce soit.

8 L’auteur ne garantit pas l’exactitude des données, qui ne sont qu’approximatives, les valeurs étant obtenues par le calcul. Ce document ne peut en aucun cas servir de base officielle à quelque travail que ce se soit, et leur auteur décline toute responsabilité passée présente et future de l’utilisation et de l’interprétation de ces données.

9 L’usage des cartes est gratuit dans le cadre de la sphère associative et privative, pour toute demande d’exploitation commerciale, merci de vous adresser à l’auteur.

 

 

 

8 Comments

  1. Bonjour,
    Je cherche une carte de la pollution lumineuse en Israel.
    Savez-vous ou je peux trouver cela?

    Ou si vous avez deja travaillé sur une carte du moyen orient en general…?
    merci d’avance pour votre repnse
    Stephane

    • Bonsoir.
      Je regrette pour le moyen Orient d’une manière générale, je ne suis pas en mesure de vous guider
      Si la demande s’en faisait néanmoins sentir, je pourrai bricoler une carte pour Israel, mais depuis presque 10 ans que je fais des cartes, c’est la première fois qu’on me le demande 😉

  2. Je suis désolé, je ne parle pas français. Je vais écrire en anglais.

    Congratulations for the map, I really love it, it’s very beautiful and well-done. I also regret the lack of data for Greece. I would have three suggestions for making it even better:
    1. change the perspective. The way it is now, Northern Europe looks much bigger than in reality, even if there is much less population and light pollution there. That way it would be also much easier to cover completely all of Norway, Sweden and Finland.
    2. some territories, like the Channel Islands, are absent from the map.
    3. Introduce an extension to cover the left-out parts of Bulgaria and Romania.

    • bonjour
      merci pour votre retour mais je ne trouve pas de lien défectueux (je viens de les tester tous)
      pouvez vous préciser du quel il s’agit ?
      quand l’impact de cette mesure, impossible de l’évaluer pour le moment, les nuit sont trop claire en ilede france avec la proximité du soleil sur la ligne du crépuscule nautique (en gros il ne fait pas assez nuit)

Laisser un commentaire