La F20a AXIS : la belle histoire de la monture 001

Cette histoire a commencé en 2004, lors des RAP nouvelle mouture à Craponne sur Arzon.

Le Club AVEX s’y était rendu en force pour s’ouvrir à d’autres horizons et élargir ses connaissances.

En cela, ça été un succès remarquable.

J’ai rencontré sur place les gens d’AXIS qui était venus y faire la demo-test d’une nouvelle monture, encore largement à l’état de prototype. Ils étaient assez fiers de leur monture qui, en toute honnêteté, ne payait pas de mine, mais on pressentait déjà quelque chose qui inspirait puissance et précision. L’annonce du prix – estimatif- a fait s’envoler mes espoirs vaguement titillés.

L’histoire aurait pu en rester là.

Quelques mois plus tard je fit à la Villette une présentation sur l’EQ6 et les moyens de l’upgrader. Cette dernière présente en effet, dans sa version de bases, un nombre impressionnant de défauts, certains facilement corrigeable, d’autre beaucoup moins.

Des défauts électroniques étaient exposés, ainsi que les moyens d’ugrader le matériel. C’était complexe, de la chirurgie lourde, pour un résultat finalement meilleur mais relativement incertain. Cette monture avait pour seule véritable qualité sa capacité de charge. Rétrospectivement c’était une mauvaise monture qui se voulait être un clone bon marché de la fabuleuse EM200 Takahashi ; elle en a d’ailleurs strictement la même conception. Mais tout le reste est complètement mal fichu par rapport à l’illustre japonaise : matériaux de très mauvaise qualité (je ne pensais pas que c’était possible de faire à ce point mauvais), approximation très grossière, copeaux d’usinage dans la graisse de la VSF, j’en passe et des meilleures…

Dans la Salle, AXIS était là, et nous avons pu longuement discuter de la monture après la conférence. Là encore, l’histoire aurait pu en rester là. Ils avaient progressé de leur cô, mais affichaient toujours des tarifs humm… refroidissant. De plus je n’avais pas perdu tout espoir de faire fonctionner correctement l’EQ6. Mais déjà je me surpris à fantasmer sur ce qui deviendrait la F20a. Je n’étais pas encore mûr psychologiquement, mais un inéluctable destin se dessinait déjà. Et comme toujours, le choc de la remise en cause ne fut pas très agréable.

___________________________________________

A l’occasion de la 1ère édition des A7 (Association d’Astronomie Amateur Amicale Autonome des Alcooliques Anonymes) en Creuse, par une froide très nuit, la monture EQ6 me fit un de ses coups pendables qui me font vomir des chapelet de gros mots impubliable (sur l’image ci-contre j’étais justement en train de me demander d’où venait la panne). Après réparation, je mis donc en vente la bête dans la perspective d’acheter une nouvelle monture; Plusieurs modèles furent étudié sous toutes leurs coutures, avec la conviction durement acquise que désormais, ce serait le plus gros poste financier de mon équipement astro. En astrophoto, s’il y a bien un poste sur lequel il ne faut pas rogner, c’est bien la monture. Après bien des éliminations, supputations et tergiversations, mon choix s’arrêta sur la G11 Gémini à Vis Sans Fin modifiée par Franck Valbousquet. Cette monture avait d’ardents défenseurs, mais aussi de farouches détracteurs. Les principaux reproches visaient en fait la partie de commande, jugée inergonomique au possible par beaucoup, géniale par d’autres.

Elle était la seule monture dans mes moyens (? 4000 €)

C’est à ce point précis que débute l’histoire de la F20a

Dans les différents avis que je prenais, AXIS, qui avait une expérience fine en mécanique, m’a souvent conseillé. Alors que je leur parlais de la G11, ils m’ont proposé un deal.
Ils connaissaient mes petits talent de graphiste : on a donc procédé à un petit troc.
Je faisais le design du site + logo et ils me faisaient la monture a 50% (moins que le prix de reviens !!) en ß-test

Banco

Rapidement je me mis au travail, leur trouvai un vrai nom (le nom qu’il avait initialement choisi était abominable. ;)) Ce sera AXIS, puis AXIS instruments (AXIS étant déjà déposé), AXIS évoquant l’AXE, qui peut être optique, mécanique, de recherche etc. Bref le nom était parfait et il fit d’ailleurs rapidement l’unanimité.

Vint ensuite la charte du site web. Je ne suis d’ailleurs pas mécontent du résultat, ce dernier étant particulièrement sérieux et abouti.

Axis avait, dès le départ, misé sur le haut de gamme avec des matériels précis et sans concessions. Un système de suivi de commande mis à jour à chaque nouvelle étape permet d’ailleurs de suivre le processus de fabrication et de tests (la page est d’ailleurs toujours en place : http://www.axisinstruments.com/francais/commandes/SuiviCommandes/suivi_commandes.htm)

Cela me sembla un peu longuet : 9 mois entre le chèque et la livraison, mais remarquez que c’est finalement un terme assez normal pour de nombreux projet en cours de développement ;). Ces délais ont été long pour diverses raisons, notamment des problèmes d’approvisionnement et surtout la quasi-impossibilité des tester la monture pour cause de mauvais temps persistant. Bref je pris la monture en main un vilain mois de février. Elle était là, m’attendant fièrement, mais je la connaissais déjà pas mal au travers les photos.

J’étais conscient que j’étais bêta testeur et que les problèmes n’allaient pas manquer de survenir.

Mes premiers essais m’ont transporté : j’étais seul maître aux commandes d’une monture unique au monde !

D’abord, le bruit : elle était déjà très silencieuse, les Goto à pleine puissance faisaient un bruit indéfinissable, puissant et rassurant (montée à la vitesse maximale par paliers).

La précision du Goto était pleinement satisfaisante.

Le boitier Boxdorfer de pilotage de la monture, après une petite MAJ, était parfaitement opérationnel et regorge de fonctions très pratique (je recommande néanmoins très très fortement l’acquisition de l’option « afficheur 2 ligne » : à mon avis c’est ingérable sans).

La mise en station : un vrai bonheur. Le viseur polaire avec niveau a bulle intégré fait des miracles. Jamais une Mise En Station ne fut aussi rapide ! L‘écart avec l’EQ6 et son système de MES est abyssal

Bref j’étais content, mais il y avait des soucis.

Les plus légers furent réglés par la reprise au tour de petites pièces. D’autres furent nettement plus sérieux, en premier lieux un problème de positions des moteurs qui faisait occasionnellement et aléatoirement ripper la monture. Enfin, l’erreur périodique n’était pas conforme au cahier des charges. J’avais été mis au courant par les concepteurs d’AXIS au moment de la livraison : ils en recherchaient les causes mais je leur ai pris la monture avant qu’ils aient trouvé une solution.

Ce fut l’année suivante que la f20a partit faire un stage de deux mois chez Axis pour un check up des problèmes et leur résolution.

Ils ont mis au point un protocole complexe de rodage de la VSF qui a amélioré de façon spectaculaire le rendement : on passait de ± 12″ d’EP à ± 7″ maxi !

Ci-dessous une mesure d’EP faite par AXIS (mes mesures sont plus optimiste : ± 5″) :

ep- mesure axis

Ci-dessous avec le PEC activé :

PEC ACTIVé

Bref, je repris livraison du terrible engin et là, ce fut la perfection !

Tous les problèmes avaient disparu et la monture s’était encore améliorée. Changement le plus visible (enfin le plus audible) : on ne l’entend presque plus, même en vitesse maxi !

Ça y est, je suis amoureux de ma monture, personne ne pourra me l’enlever, elle est à moi ! Na !

En conclusion de cette épopée, je ne retient qu’une chose : j’ai la meilleure monture du marché pour cette gamme de prix, et le formidable sérieux, la persévérance, le souci du détail, la minutie, le ‘fanatisme’ même des gens d’axis sont tout bonnement sidérante. On se sent en confiance, guidé, aidé et rassuré.

C’était un pari certes un peu osé, mais aujourd’hui je ne regrette pas de l’avoir pris. Quel Bonheur.

Résume des qualités de la monture :

Robuste avec sa charge nominale de 20 Kg (ce qui sans rire serait vendu par Meade comme du 40 kg de charge utile ^^ )

Silencieuse : on n’entend rien

Facile : mise en station hyper rapide

Sexy (elle est belle)

Ergonomique

Innovante

VSF dans un berceau flottant
Système d’embrayage sans frein hyper cool

Enfin et surtout, sa plus belle qualité : se faire oublier.

image de la monture vue haute définition

One Comment

  1. Et bien ça me donne envie de faire la même chose: changer mon EQ6 par cette fameuse F20a axis sauf que:
    – pas de port USB
    – le prix certe en rapport avec la qualité mais la version de base est à tout de même 7140 euros !!!!
    Donc pour le moment je garde malheureusement mon EQ6. Snif.

Laisser un commentaire