Les dossiers AVEX - Avex's files

Contemplata aliis tradere

Mini dossier pour les Maires

Les Bon et les mauvais lampadaire
lettre d’orientation type pour une Mairie

Télécharger ce document en Word ou Acrobat (imprimable, fond blanc)

La pollution lumineuse est le cancer de la nuit.

La pollution lumineuse

Qu’est ce que c’est ?

On parle de pollution lumineuse lorsque les éclairages artificiels sont si
nombreux et omniprésents qu’ils nuisent à l’obscurité normale et souhaitable de la nuit. Ainsi, à la tombée de la nuit, d’innombrables sources de lumières artificielles prennent le relais du soleil dans les centres urbains jusqu’au plus petit village.

Carte de pollution lumineuse de France , version emeraude

Impact

Les conséquences les plus évidentes vont de la simple gêne, aux dépenses inutiles d’énergie. Cependant, quelques études mettent en évidence des conséquences sur notre santé : notre exposition quotidienne à la lumière électrique a considérablement augmenté pour atteindre jusqu’à 7 heures par jour en moyenne, des chercheurs de l’Université de Toronto (Canada) mettent en garde face à la « pollution par la lumière artificielle » qui seraient un des plus importants facteurs à l’origine de l’augmentation des cancers. En effet, sous l’effet de la lumière artificielle, l’épiphyse (petite glande située dans le cerveau) diminue nettement la production de mélatonine dont les bienfaits seraient multiples : anti-vieillissement, freine le développement des tumeurs, stabilise la tension, maintient la libido…
De surcroit, les effets sur la faune et la flore sont notables : La végétation éclairée en permanence dégénère de façon précoce

  • les oiseaux migrateurs sont gênés ;

  • les populations d’insectes nocturnes et pollinisateurs sont décimées
    (seconde cause de mortalité après les produits phytosanitaires) ;

  • La reproduction et les cycles biologiques des gibiers sont passablement perturbés par ces aubes artificielles permanentes.

Enfin, dans un souci de sécurisation constant et parfois futile, chaque coin de rue est investi d’un réverbère de sorte que nous ne connaissons plus de vraies nuits qui ont pourtant une dimension culturelle importante.
En effet nous sommes au seuil d’un rupture sociale et philosophique importante, où les jeunes, n’ayant jamais observé de ciel véritablement étoilé,
en viennent à se couper davantage encore de leur environnement pour s’enfoncer dans un monde de plus en plus artificiel mettant à bas tous les côtés naturels, renforçant leur ignorance du monde dans lequel il leur faudra évoluer leur vie durant. Cette méconnaissance, cette ignorance du ciel étoilé est une méconnaissance de la nature ! et il est facilement imaginable que cela ne soit pas très porteur pour appréhender les défis futurs que la nature nous réserve.
La commune de Longuesse a, depuis toujours, su résister aux pressions les plus diverses pour garder un éclairage intelligent (extinction nocturne par exemple). C’est un point dont on peut vraiment se réjouir. Hormis les économies d’énergies au niveau collectif, c’est pourtant du simple bon sens.

L’argument sécuritaire
Cela a été maintes fois démontré, l’ argument sécuritaire, ne tient pas. Au contraire, l’éclairage urbain renforce l’insécurité en procurant une aide précieuse au malfaiteur. En éclairant les serrures des portes sans avoir besoin de lampes de poche qui risqueraient de signaler leur présence. Autre argument, certains jeunes désoeuvrés sortent la nuit se réunir sous les lampadaires en attendant qu’une mauvaise idée leur vienne. Pas de lumière, pas d’insécurité. Cela va à l’ encontre du sens commun mais les études sont là : 99 % des délits et méfaits nocturne ont lieu dans des rues parfaitement éclairées…
Donc merci pour ce véritable progrès que Longuesse a su maintenir.

Quelques références :

- Article du « Parisien » sur la pollution nocturne

- dossier récapitulatif par l’ANPCN

- Charte fondamentale des générations futures

- Le site de l’Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne ( ANPCN )

- Les Cartes de France de la pollution nocturne

- Autre site avec de très bons exemples à l’appui ( Par Fred. Guignepin )

- reportage TF1

- Extrait vidéo du magazine de la santé ( 4minutes )

Les économies d’énergie

Selon l’ADEME, l’éclairage, en Europe, a un impact conséquent sur l’ environnement, puisqu’ il représente autour de 40 % des consommations totales d’ électricité du secteur tertiaire. Or, produire de l’électricité n’est pas anodin…

Sur ce dernier point, les campagnes de publicité d’EDF destinées au grand public mettent tantôt l’accent sur l’économie d’électricité, tantôt sur les mérites du tout électrique, on s’y perd. En France, les dernières enquêtes nationales notent qu’en 2002, l’éclairage public représente en moyenne 48% de la consommation totale d’ électricité des communes, et 40 % des dépenses. Or, l’ADEME estime que les économies sur ce poste peuvent atteindre 20 à 40 % avec des investissements de surcroit rentables. Enfin, une enquête de la Direction générale des collectivités locales et de l’ADEME note que l’éclairage public représente en France 4% des émissions totales de gaz à effet de serre…

Comment éclairer juste ?
Avec des lampadaire adaptés et une temporisation intelligente


Cliquez sur la vignette pour voir le schéma en grand et le télécharger
À gauche : la configuration actuelle de certains luminaires « anciens » à Longuesse: Ils cumulent les inconvénients
Il sont éblouissants : le bulbe de l’ampoule étant très apparent, la vision des piétons et des automobilistes en est fortement affectée : le halo se diffusant dans l’œil, les contrastes et la perception d’un éventuel obstacle / danger s’en trouvent très amoindris. En outre pour une puissance donnée beaucoup d’énergie est perdue.
À droite : les bons luminaires ( ceux que l’on trouve dans certains villages du Vexin, dans certaines rues de Boissy par exemple). Ils n’éblouissent pas, et l’énergie qui autrement serait perdue en éclairant au dessus de l’horizon est renvoyée vers le sol par le déflecteur réfléchissant. Donc, à puissance égale, on gagne en luminosité, on diminue l’éblouissement et surtout on a la satisfaction d’éclairer surtout la route plutôt que les étoiles, qui n’en ont nul besoin.

Conclusion
Ces luminaires ne sont pas plus coûteux, mais gagnent en efficacité et en bon sens et permettent, à luminosité égale un gain de 30 % d’économie d’énergie. Il n’y a pas de petits geste quand nous sommes des millions a les faires, surtout pour un surcout initial nul… Enfin la Future Charte du Vexin comportera une close spécifique en matière de maitrise de l’énergie et de la lutte contre la pollution lumineuse (Article 9-2), autant, puisque nous en sommes à l’heure du choix, prendre les devants.

télécharger le dossier imprimable en word (fond blanc)

télécharger le dossier imprimable en acrobat (fond blanc)

télécharger le shéma sur fond noir

charte_impression-1-vignett.png

la même charte en qualité légère : charte_web.pdf

Recommandations des luminaires

recomandation-flyer1.png

 ——

Quelques références complémentaire : un article sur La Maison Ecologique

http://ftapissier.free.fr/article-boule-lumineuse.pdf

One ResponseLeave one →

  1. nitocris

     /  20 septembre 2011

    Les liens des dossiers ne pointent plus vers les fichiers

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.